Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les Échinides fossiles du Kimméridgien de Charente-Maritime
  • Les Échinides fossiles du Kimméridgien de Charente-Maritime
  • : Bienvenue sur ce site web qui se propose de vous présenter les différents fossiles présents dans les niveaux Kimmeridgiens de Charente-Maritime. Bonne visite.
  • Contact

Association DINOLÉRON

1.jpg(cliquez sur l'image)

Association pour la promotion de la paléontologie

sur l'île d'Oléron !

paléontologie 17

Installé 49 Avenue Proudhon, le club de paléontologie de La Rochelle regroupe les passionnés et collectionneurs de fossiles locaux. Association née en 1983, ce club se compose de membres actifs et soucieux de partager leur passion.

Des réunions sont organisées le mercredi soir, toutes les trois semaines afin de prévoir les sorties sur le terrain dans le but de collecter les fossiles de la région Centre-Ouest. Au programme :

- analyse et détermination des noms scientifiques des specimens récoltés

- Préparation d'articles, de publications et de conférences en relation avec des scientifiques

- Echange d'échantillons en vue de collections systématiques

Comment contacter le club ?

aurelien.morhain@club-internet.fr

Événement !

fossiles-16.jpg

Retrouvez-nous dans le prochain numéro de la revue Fossiles

(Fossiles n°16)

Un article sur le Kimméridgien inférieur terminal (sous-zone à Chatelaillonensis)

de

Charente-Maritime

26 octobre 2006 4 26 /10 /octobre /2006 09:47

Retour au sommaire Actu-Kimmeridgien17  

La cave aux coquillages : une mise en valeur remarquable

du

Patrimoine géologique

du

Lutétien moyen de Fleury-la-Rivière

  (troisième partie)

  ______________________

 

 

 

Éléments taphonomiques et paléoécologiques :

 

          Les conditions environnementales très changeantes dans le milieu marin au Lutétien moyen n’ont pas empêché l’établissement et la grande diversification des organismes, en particulier en ce qui concerne les mollusques. De façon générale le Lutétien représente une période favorable au développement de la vie sous-marine : les nombreuses études portant sur cette formation ont permis de recenser plus de 3000 espèces différentes d’organismes marins parmi lesquels de très nombreux mollusques (près de 2000 taxons), des vertébrés (raies, requins, poissons), mais aussi des échinodermes, des éponges, des coraux, des céphalopodes….. Témoins d’écosystèmes foisonnants. Par leur richesse, les écosystèmes littoraux lutétiens sont aujourd’hui considérés comme les plus riches de tout le Tertiaire.  

 

Sans-titre-12.jpgQuelques gastéropodes du Lutétien moyen de Fleury-la-Rivière

 

          Comme nous venons de le voir, le Lutétien moyen se caractérise par de fréquents changements du milieu marin : variations eustatiques, hydrodynamisme... Le climat en revanche semble avoir conservé un caractère subtropical relativement constant permettant une biodiversité importante pendant cette période : on recense en particulier une importante malacofaune très diversifiée et parfois de grande taille partageant des affinités avec les faunes marines de l’actuelle mer Méditerranée et de l’indo-pacifique. Les 6 unités sédimentaires présentes dans le sous-sol de Fleury-la-Rivière recèlent une biodiversité exceptionnelle de mollusques plus riches en individus qu’en espèces. Il s’agit vraisemblablement de concentrations formées par les courants marins. Si l'on en croit les dernières études scientifiques, celles-ci se seraient mises en place progressivement pendant un laps de temps relativement important, (Huyghe suppose  une forte compaction de ces niveaux). Ces dépôts de tempêtes sont particulièrrement observables au sein des unités 3 et 4 où les coquilles de mollusques se retrouvent couchées et bien alignées au sein des différents bancs, laissant supposer la présence de forts courants marins unidirectionnels.

 


Retrouvez un album photos de ce musée en page 4 de cet article :

Cliquez ici


 

2008-12_coquillages-dl_491.jpgReconstiturion d'un Campanile giganteum

 

          Les coquilles de Campaniles giganteum par exemple (fossiles emblématiques de ces unités) sont généralement découverts couchés à l’horizontal, l’apex orienté vers l’est. Pour la plupart, ces coquilles ont été charriées par des courants de tempêtes, puis enfouies plus ou moins profond par le déplacement de bancs de sables consécutifs à de forts courants sur le fond marin. Précisons en outre qu’un certain nombre de coquilles présente des usures prononcées, voire des cassures et des trous. Il est intéressant de noter que dans la majeure partie des cas, les coquilles endommagées ne présentent pas de cassures fraiches. Huyghe (2010) suppose  que celles-ci ont subi de forts transports (effets du roulis des vagues et des courants marins littoraux) sur un fond bénéficiant de faibles apports sédimentaires, rendant l’enfouissement des organismes difficile. La plupart des restes fossiles contenus dans ces unités a donc été enfouie en dehors de leur biotope originel.

 

P1210701.JPGVitrines d'expositions permettant de voir les différentes espèces de mollusques recensées dans le sous-sol de Fleury-la-Rivière.

 

          De plus, l’encroutement important de certains Campaniles, colonisés par différents organismes nectobenthiques (éponges, coraux…),  laisse supposer une longue période d’affleurement de ces coquilles sur le fond marin. Ajoutons enfin la présence au sein de ces dépôts, d’un certain nombre de restes fossiles étrangers au domaine littoral : c’est le cas des coquilles de nautiles ou des nombreux restes de vertébrés marins, habituellement localisés dans la zone bathyale. Ces restes fossiles semblent appuyer l’existence d’un hydrodynamisme important durant cette période.

 

P1210726.JPGCampanile giganteum (Coll. P.Legrand)

 

 

Retrouvez un album photos de ce musée en page 4 de cet article :

Cliquez ici


          Néanmoins, la plupart des fossiles retrouvés dans le Lutétien moyen sont généralement très bien conservés. Le nombre de coquilles roulées ou cassées reste faible proportionnellement au nombre d’individus que renferment ces couches. La conservation est même dans certains cas très remarquable : de nombreuses coquilles semblent avoir conservé leurs ornementations originelles. Cette exceptionnelle conservation peut s’expliquer par la très faible diagenèse que ces dépôts ont subi depuis l’Ère Tertiaire, ceux-ci ayant été faiblement enfouis.

 

 

 

Retrouvez ci-dessous une liste exhaustive des coquilles fossiles recensées dans le Lutétien moyen de Damery.

(Cliquez sur une image pour l'agrandir)

 

Sans-titre-15.jpg Sans-titre-16.jpg  Sans-titre-17.jpg 

 

 

Pour aller plus loin.

 

Retrouvez ci-après le blog de la "cave aux coquillages" : Cliquez ici

 

Retrouver ci-après la thèse de doctorat de Damien Huyghe (2010) : Cliquez ici

 

Retrouvez ci-après, un article intitulé "La Lutétien de Fleury-le-Rivière et ses campaniles" : Cliquez ici


Retrouvez ci-après, un reportage télévisé réalisé par France 3 sur la "cave aux coquillages" :


Sans-titre-2-copie-1.jpg

 

Retrouvez ci-après, un reportage télévisé réalisé par France 3 et le BRGM portant sur la "cave aux coquillages" :


Sans-titre-1.jpg

 

Retrouvez ci-après un reportage sur le Lutétien de l'Oise, réalisé par la SAGA : Cliquez ici

 

 

Retrouvez ci-après un article "pdf" intitulé "Le Lutétien, une période charnière de l'histoire du Bassin parisien" : Cliquez ici

 

 

Références bibliographiques :


Abrard R. (1926), Le Lutétien du Bassin de Paris, Société Française d'Imprimerie, Angers, 397 p.

 

Abrard R. (1950), Histoire géologique du Bassin de Paris,  Ed. du Muséum, Paris, 103 p.

 

Abrard R. (1950), Géologie régionale du Bassin de Paris, Paris Payot édit, 397 p.

 

Blanc  A. & Gély J.-P., Le Lutétien supérieur des anciennes carrières de Paris et de sa banlieue : essai de corrélations lithostratigraphiques et application à l'archéologie. In : Pierres et carrières, AGBP & AEDEH éds., p. 175 à 181 ; 1997.

 

Blanc A., Gély J.-P. & Viré M., Le calcaire lutétien, ses carrières, son utilisation dans les monuments. In : Le Lutétien, la pierre de Paris. Catal. d’expo. MNHN éd., 52 p., 2000.

 

Blomme B., Campanile giganteum (Lamarck 1804) à Fleury-la-Rivière (Lutétien du Bassin parisien, France). Aspects paléo-écologiques, taphonomiques, historiques, Mem. D.S.E.R, univ. Lille 1, 2007.

 

BLondeau A. (1965), Le Lutétien des Bassins de Paris, de Belgique et du Hampshire, Thèse, Paris, 467 p.

 

Blondeau A., Cavelier C., Labourguigne J., Megnien C. ET Mégnien F. (1980), Eocène moyen, in Synthèse géologique du Bassin de Paris, Mem. BRGM n° 103, p 367 à 377

 

Blondeau A., L’étage Lutétien, Les étages français et leurs stratotypes, Cavelier C. & Roger J. éd., Mém. Du BRGM, n° 109, Paris, 215 p., 1980.

 

Fritel P.H. (1910), Guide géologique et paléontologique de la région parisienne dans un rayon de 100 km, Les Fils d'Emile Deyrolle, Paris, 359 p.

 

Frohlich F. et Schubnel H.-J. (2000), Le Lutétien ; la Pierre de Paris. Pub. MNHN, Paris, 52 p.

 

Furon R. et Soyer R. (1947), Catalogue des fossiles tertiaires du  Bassin de Paris, Ed. Paul Lechevalier, Paris 240 p.

 

Gély J-P, Le Lutétien : une période charnière de l’histoire du Bassin parisien, Saga Information – N° 284 – Février 2009

 

Gély J.P., Le Lutétien du Bassin Parisien : de l'analyse séquentielle haute résolution à la reconstitution paléogéographique, Bull. Inf. Géol. Bass. Paris vol 34, n¡ 2, p. 3-27 ; 1996.

 

Gérards E., Paris souterrain. Garnier Frères éd., DMI Édition (rééd. 1991), 667 p., 1908.

 

Guini-Sklar A., Viré M., Lorenz J., Gély J.-P. & Blanc A., Paris souterrain. Les carrières souterraines. Nord Patrimoine éd., 200 p., 2000.

 

Huyghes D., Changements climatiques globaux et forçage tectonique au Paléogène : Exemples du bassin de Paris et des Pyrénées, Université Pierre et Marie Curie - Paris VI, 2010.

 

Lapparent (de) A., Traité de géologie, F. Savy édit, Paris, 1280 p., 1883 et 1893.

 

Lemoine P., Géologie du Bassin de Paris, Librairie Scientifique A. Hermann &fils, Paris, 408 p., 1911.

 

Lemoine P., Résultats géologiques et hydrogéologiques d'un forage au Muséum (Géologie), Bull. Mus. nat. Hist. nat., 2ème sér., t. III, n°2, p. 273-280 ; 1931.

 

Merle D., Stratotype lutétien. Muséum national d’histoire naturelle, Biotope, éd. Du BRGM, 2008.

 

Meunier S., Géologie des environs de Paris. Description des terrains et énumération des fossiles qui s'y rencontrent. Librairie  J.-B. Baillière et Fils, Paris, 1ère édition (1875), 2ème édition (1912), 540 p., 1875 et 1912.

 

Omalius d'Halloy d', Mémoire sur l'étendue du Bassin de Paris, Ann. Mines, I ; 1816.

 

Orbigny A. d', Cours élémentaire de Paléontologie et de géologie statigraphique, Masson, Paris, 3 vol., 1849-1852.

 

Pomerol C., Le bassin de Paris, in J. Debelmas (ed) Géologie de la France, Ed. Doin, Paris, vol. 1, p. 230-258, 1974.

 

Pomerol C. et Feugueur L., Bassin de Paris, coll. Guides géologiques régionaux, Masson édit., Paris, 222 p., 1986.

 

Prevost C., Documents pour l'histoire des terrains tertiaires. Paris, Hippolyte Tilliard. Essai sur la formation des terrains des environs de Paris, p. 93-126., 1827.

 

Soyer R., Géologie de Paris, Mém. Serv. Carte Géol. France, Paris, 610 p., 1953.

 

 

Kimméridgien17

 

Album-photo en page 4 : Cliquez ici.

 


Retour au sommaire Actu-Kimmeridgien17



Partager cet article

Repost 0

commentaires

Pages

MHN La Rochelle

 

MHN LR

Kimmeridgien17 soutient

le Muséum d'histoire naturelle

de La Rochelle

Communiqués

communique-copie-1.jpg

Une manifestation, une exposition, une publication, une découverte en rapport avec la paléontologie et les Charentes.... Envoyez nous vos communiqués à : aurelien.morhain@club-internet.fr

MNHN Publications scientifiques

mnhn-copie-2.jpg

Le site-web des publications scientifiques du Museum National d'Histoire Naturelle de Paris.

APM

mennecy-copie-1.jpg

Kimmeridgien17

soutient

 l'APM

(Association Paléontologique de Mennecy)